Le Progrès – août 2016

le progrès

Stéphanie Jarroux, désopilante et bio…par Nicolas Blondeau

A la fois barré et joliment écrit, le spectacle de Stéphanie Jarroux mérite le détour

Comme elle l’explique elle-même, Stéphanie Jarroux est atteinte d’un handicap capillaire. Elle a souffert de calvitie dès la naissance et quand ses cheveux ont enfin poussé, c’est sous la forme d’une inextricable toison frisée.
De telles mésaventures auraient pu la mener à la déprime, mais ce n’est vraiment pas le genre de la maison. Au contraire, elle préfère rire de ses problèmes, grands ou petits. Elle en a même fait un spectacle, On t’aime comme tu es ! , qui restera à l’affiche du Boui-Boui durant toutes les vacances.

Avec une énergie folle, qui la pousse à tenter d’improbables chorégraphies, elle nous raconte sa vie de jeune femme, âgée de 37 ans aujourd’hui. Comment elle a souffert d’hypertrophie mammaire et de projections lactées durant ses grossesses… Comment elle s’est mise au bio, buvant sa tisane de plantes pendant que ses copines enquillent les mojitos… Et comment elle a quitté un avenir tout tracé pour se retrouver sur scène, devant nous, en train d’expliquer les grandes lois de la sexualité féminine. Le spectacle est délirant (vous l’aurez compris) mais porté par une écriture joliment maîtrisée. Elle nous fait passer un excellent moment, tout en nous transmettant avec une sympathie communicative son expérience, pour le moins originale, de la vie.