Les ados (épisode 1)

De temps en temps, j’aime bien partager mon #mercreditespunie avec ma sœur, qui elle aussi est punie le mercredi, mais avec une ado, ma nièce, donc !

Je mets ma marmaille dans la voiture et zou direction chez ma sœur, qui nous attend avec le déjeuner du #mercreditespunie, c’est à dire : poulet fermier et jardinière de légumes. « C’est mon repas préféré que je préfère, tata » chante Irène en sautant dans les bras de sa tante.

Je vais vous dire un truc, je sur-kiffe ces mercredis avec nos 4 loulouttes : c’est notre enfance à ma sœur et moi qui se mêle joliment à celle de nos filles. Divin !

Mais là, c’est un peu différent, je sens ma sœur contrariée. Elle nous ouvre, le brushing ébouriffé (oui, c’est ma twin, mais elle, elle se lisse les cheveux, elle triche, c’est moche !), les yeux qui ont l’air d’avoir vu notre mère déguisée en punk.

Moi inspirée : « salut, Del, ça va ? »
Del : « ouais, ouais, il m’arrive un truc de dingue, un truc qui m’a fait prendre 10 ans en 10 minutes, l’horreur. Dire que toi, tu vas connaître cela 3 fois, je te plains. J’ai acheté un Gigondas, viens, on termine de préparer le repas. Bonjour les filles ! »
Moi : « ok, qu’est-ce qui se passe ? Les filles, enlevez vos chaussures et allez jouer, je sens que tata a besoin de mes talents de cuisinière… »

Dans la cuisine.
Del qui tourne en rond en ouvrant 10 fois les placards : « Zoé a ses règles ! »
Moi : « ah ben yala ! »
Je me reprends en voyant la mine déconfite de ma soeur : « toutes mes condoléances, je veux dire ».
Et la Del se lance dans une tirade digne de la complainte de la quarantenaire au bout de sa vie : « oui ben ça se voit que tu n’y es pas toi, je vais devenir vieille maintenant, de quoi je vais avoir l’air en allant au Purdey à nos soirées de filles avec la mienne qui sera bientôt en âge d’y aller. Ah non c’est pas possible, mais pourquoi elle me fait ça maintenant, elle pouvait pas attendre que je sois sénile. »

Ah ouais, la situation est grave, je décide d’agir :
« Ecoute ma kick (notre surnom, cherchez pas c’est un mot rescapé de notre langage de jumelles), il faut « accepter, accueillir et célébrer », je vais acheter un gâteau et des bougies, pendant ce temps tu acceptes l’événement, tu accueilles ses règles en tant que…menstrues et on va célébrer : elle va souffler ses bougies pour fêter cette nouvelle étape en compagnie de nous ! Just celebrate quoi ! »

Del déambule dans la cuisine, chantant Edith Piaf, la c’est grave : « arrête Stef, punaise un gâteau, des bougies, tu veux pas non plus emballer des tampax et les offrir à ta nièce ? C’est pas un sketch punaise ».
Ben moi je pense déjà à ma chronique quand même.

« J’ai envie de chialer la vieillerie qui s’annonce ! »
Compassion, on se met à chialer toutes les deux !

Diane entre : « maman on a faim…pourquoi vous avez les yeux rouges ? »
Moi : « on coupe des oignons ».
Diane : « mais y a pas d’oignons ».
Moi énervée : « bon Diane, imagine qu’il y a des oignons, imagine on les coupe et imagine ce que ça fait à nos yeux, hein ? Et ben voilà ! »
Diane hyper dubitative : « maman y a pas d’oignons, tu te mets pas à pleurer simplement en imaginant que tu coupes les oignons ? »
Moi : « oui, je sais c’est dingue ».

Diane repart en haussant les épaules et en criant aux autres nenettes :  » les filles, maman a ses règles, ne l’embêtez pas ».

A l’évocation du mot « règles », ma soeur reprend « emportée par la foule ».
Je pars acheter les douceurs de la célébration !

Le repas se déroule normalement : Irene renverse son verre, Zoe émet un rot très sonore ce qui déclenche le fou rire de Castille qui tombe de sa chaise en emportant la nappe. Diane lève les yeux au ciel, une prière n’est pas loin.

Au dessert, j’apporte gâteau et bougies en annonçant : « voilà les filles, votre chère cousine est une jeune femme à présent, tata… reste toujours une super maman jolie et hyper in dans la mouvance de la tendance, nous allons fêter cela ! »
Irene chante : « joyeux anniversaire Zoe et tata »
Castille : « maman ça veut dire quoi « Zoe devient une jeune femme » ? Elle va se marier ? »
Ma soeur re-pleure
Moi : « mais non ! »
Diane qui a tout compris, comme souvent : « non elle a ses règles, la chance ! C’est pas juste ».
Zoe : « mais tata t’es grave, un gâteau pour des règles ? Mais c’est quoi le rapport ? »
Moi : « faut célébrer les étapes de la vie ma chérie ! »
Zoe : « c’est la honte ! »
Moi un peu en trans : « mais non ! Souffle tes bougies sur ce sentiment de honte et seule la joie restera ! »

Les filles rient, Zoe rit, souffle ses bougies aidée par ses cousines. On entend ma soeur chanter « la vie en rose » !