Shopping !

« Les filles, maman est une grosse guedin, elle vous emmène choisir sa robe de gala » (j’ai une super soirée bling bling dans très peu de temps), de toute façon c’est #mercreditespunie, du coup rien de mieux que le shopping avec mes princesses préférées ! 

Les filles en chœur : « ouaissssss ! Maman, on va t’aider à choisir ta robe, tu vas être la reine ! ».
Irène : « du coup, tu vas changer de cheveux aussi ? »

Là, faut imaginer ma tête : c’est comme si j’avais tiré la boule noire de Motus et dans ma tronche, ça fait ça

Nous arrivons dans une boutique, je préviens les filles : « bon, on est d’accord, c’est un magasin pour adultes, il n’y a rien pour vous, ne commencez pas à me réclamer des trucs et des bidules ».
Irène : « ok, j’ai envie de faire pipi. »
Ca commence…
J’ébauche une réponse de merde : « écoute, Irène, à 4 ans, tu peux te retenir », mais déjà les grandes ont disparu. Voilà, on me les a enlevées, c’est de ma faute, qu’est-ce qui m’a pris de les emmener faire les boutiques ? Mes filles ont disparu parce que j’ai des envies matérielles, je suis matérialiste, j’ai perdu filles, je tourne en boucle… Le bon délire de la mère poule en « désespéritude »…

Dans le magasin, on entend ma voix de mère hystérique « Diaaaaaaane, Caaaastillle, vous êtes où ? » Quand tout à coup deux têtes blondes sortent de derrière des robes de soirée avec des tenues improbables dans les mains :
« maman, on a trouvé plein de choses pour toi ». Je suis tellement heureuse de voir leurs bobines que je veux bien essayer leurs horreurs, car oui, elles m’on dégoté des « rideaux » avec tout plein de dorures, de perles, bref avec ça, j’aurais l’air d’une antiquité made in Versailles, mais, au moins mes filles n’auront pas été enlevées. Fin de l’alerte enlèvement, début du défilé.

Je prends donc les tenues des filles, mais moi, mon rêve c’est de porter une robe bustier. Du coup je chope une vendeuse et je la mets au défi de me trouver ZE robe-bustier-sa-race, pendant que j’essaie les robes proposées par mes nenettes. Faut bien faire plaisir. La vendeuse a compris l’injonction dans laquelle j’étais, petit clin d’œil complice : « elle va être toute belle, votre maman ». Tu m’ETONNES !

Alors, les cabines d’essayage et ben c’est comme les cabines de douche à la piscine, les filles entrent et sortent sans se préoccuper si je suis en slip ou pas. Je laisse tomber, je me dis que tout ce bordel doit avoir un sens, l’univers doit me voir en slip !

Seule Irène reste, à m’observer, grimaçant « maaaaman, pipiiiii ».
Moi : « je sais ma chérie, maman ne sera pas longue, pense à autre chose, tiens, je vais te donner un bonbon, ne dis rien à tes sœurs, c’est notre secret ». C’est moche, je sais, mais il me faut LA ROBE DE SOIREE NOW !

Evidemment, je ne ressemble à rien avec les robes des filles qui en conviennent par un « tu es immonde ». Voilà, on est d’accord.

La vendeuse revient avec LA robe bustier de star de la life, je la kiffe direct, je me dis finalement, ca va être plus rapide que prévu cette histoire !

Nan. Le problème avec les robes bustier, c’est quand tu n’as pas de seins, ça tient pas des masses !

Je sors de la cabine, retenant ma respiration et gonflant ce que je peux gonfler. La vendeuse a alors cette phrase magnifique : « c’est ça le problème quand on a un look androgyne, on peut pas choisir des fringues de « pures pulpeuses ».

Dur.

Castille : « c’est quoi androgyne ?»
Moi un peu énervée, vexée faut le dire : « la dame vient gentiment de dire que maman ressemblait à un garçon, hihihihi ».
La vendeuse, un peu mal : « oh, non madame, vous êtes hyper jolie, toute menue, c’est juste que vous n’avez pas de forme ».
Ca continue !
Castille et Irène rient : « maman, elle est pas en forme, maman elle est pas en forme ».
Diane intervient : « mais non les filles, maman a pas de nénés, c’est tout. Maman, choisis une robe qui correspond à ton physique ».

Ah la sagesse de mon aînée face à mon extravagance de quarantenaire !
La vendeuse, qui elle, est bien fournie en termes de seins, me rassure : « ben vous voyez, moi j’en ai trop, ça me complexe, on est jamais content de ce qu’on a ». Elle semble triste, ça me rend triste tout à coup.
Moi : « oh, mais non, il sont hyper bien vos seins », cette phrase est sortie toute seule, mes filles me regardent bizarrement ! J’ajoute pour me sortir de cette impasse chelou : « je veux dire vous êtes jolie comme cela … ».

La vendeuse rit, je ris. Irène la regarde et lui chuchote « ton bébé il mange le lait de tes nénés ? »
Elle répond amusée : « euh, non, je n’ai pas d’enfant…Pas encore, mais j’aimerais qu’ils soient comme vous, vous êtes jolies et rigolotes, les filles. »
Diane se sent obligée d’expliquer : « Irène vous demande cela car maman l’a allaitée et du coup, elle avait des seins beaucoup plus gros, vous comprenez, maintenant elle allaite plus, elle a plus rien, ou presque car elle en a plus que moi quand même ! »
Castille renchérit : « elle a vraiment zéro nénés, maman quand même et elle est bouclée en plus… »
Moi tenant ma robe bustier avec l’énergie d’une guerrière ailée : « bon on va stopper sur mon anatomie, je vais me rhabiller et faire le deuil de tout un tas de trucs ! »

Nous repartons en remerciant la vendeuse pour sa patience, avec tout ça, j’ai oublié le pipi d’Irène, mais pas elle.
Irène : « PIPIIIII ». Dans la rue, au-dessus d’un caniveau, je fais faire pipi à Irène, Diane me dit alors : « maman, quand je serai Présidente, j’inventerai un produit naturel à mettre sur les seins et ils grossiront, comme cela tu pourras porter des robes bustier ».
Moi : « oh, merci ma chérie, c’est une excellente idée ! »
Puis je réalise, que lorsque Diane sera Présidente (je n’ai aucun doute à ce sujet), je serai sûrement dans une maison de retraite…à affoler les seniors avec ma poitrine de oufff. Et ça me fait rire, mais rire !
« Les filles, on va manger une glace pour fêter ça ! »

 

Photo : prettypoun.centerblog.net