Le best-of de Noël

Les chaines TV ont leurs incontournables bêtisiers, #mercreditespunie a son best of Noël. Les licornes ne sont pas des dindes !

Castille avant le réveillon : « maman j’espère que cette année, je vais avoir un poney »
Moi : «  tu as déjà un poney en peluche et un poulain, alors nan je pense pas… »
Et merde.
Castille : « je parle d’un VRAI ! Faut arrêter avec les trucs faux, faut passer au vivant »
En l’occurrence, un peu encombrant « le vivant ».

……………….

Les filles profitent des vacances pour se déguiser et danser tous les jours. Elles décident de revisiter Le lac des cygnes. Sauts, roulades (j’ai dit « revisiter ») et portés s’improvisent. Castille finit dans le sapin. Irène hurle qu’à cause d’elle, il n’y aura pas de cadeaux, vu que le sapin est raide par terre. Moi j’ai juste envie de partir au soleil loin de la magie-de-noël-mes-fesses !

…………………

A la messe pour le réveillon, Castille me regarde chanter : « tu aimes bien ? »
Moi : « oui, certains chants me mettent en joie, c’est vrai. Mais toi tu as pas l’air content »
Castille : « ben j’ai l’impression d’être à l’école, ça se voit que toi tu sais pas ce que c’est. Le prêtre pourrait pas chanter Despacitoc’est la fête, quoi »
Irène intervient : « hyper bien, Castille, vas lui demander »
Moi : «  nan nan, personne ne bouge, on mettra « Despacito » et tout ce que vous voulez en rentrant, mais là c’est la messe »
Diane pensive, se lance : « maman, le prêtre c’est un peu le DJ de l’église en fait ? »
Pas con !

…………………

Avant d’aller fêter noël chez mes parents, le 25, les filles me demandent pour la 17ème fois qui sera présent au repas, je réponds donc pour la 17ème fois « grand papy, grand mamie, tata, Zoé… »
Irène m’interrompt : « elle sait grand-mamie que c’est son dernier noël ? »
Moi : « mais enfin Irène, non, ce n’est pas son dernier noël, enfin je veux dire on ne sait pas… »
Irène : « vu son âge, faut pas se faire trop de plans, regarde les autres grand-mamies, elles sont avec Jésus et ma poule maintenant ».
Merci 🙁

………….

A table le 25, donc vers 17h (!), mon grand-père pique du nez dans son assiette. Castille crie « grand-papy, il dort à table, hannnn et ben si je faisais ça moi, je les entendrais mes parents »
Mon grand-père se réveille d’un coup : « je ne dors pas Castille, je réfléchis »
Diane : « grand-papy il t’a clashee, Castille, bien comme il faut »
Irène à son grand-papy : « je sais que tu réfléchis pas, moi aussi, ça m’arrive de dormir dans mon assiette, t’inquiète pas ».

……………

Au retour de noël de chez mes parents, Castille fait le bilan de ses cadeaux : « je n’ai donc pas eu de poney, c’est donc que personne ne m’aime ».
Ouais. Ou, c’est qu’on a pas de haras. #tesparentssontdesalespauvres !

……………..

Plus tard pendant les vacances, nous mangeons des huîtres, plat préféré de Castille (avec les escargots et le Roquefort, et ouais, elle c’est notre énigme), Castille déclare : « quand je serai grande, soit j’élève des chevaux, soit des huîtres, je veux travailler avec des trucs que j’aime avec le coeur ou avec la bouche ».
Pas con (bis).

………………..

Irène et moi marchons, Irène me demande : « comment je vais savoir le prénom de mon amoureux ? »
Moi : « ben quand tu le rencontreras, il te dira comment il s’appelle »
Irène : « mais je préfère le savoir avant, si j’aime pas son prénom, ce sera pas mon amoureux, tu comprends ? »
Nan.

…………………

Pendant la même balade, Irène me demande de jouer à « on se dit des trucs qui font rire ». C’est un jeu que nous faisons quand nous sommes toutes les deux. En général, les mots culcul et zizis font partie des règles.
Irène commence : « un zizi qui saute dans un arbre et qui fait caca ».
Voilà.

…………….

Pour nouvel an, nous partons chez mon frère qui habite Mulhouse. Nous visitons la ville et finissons par le temple. J’explique brièvement aux filles que le temple c’est l’église des protestants, que certains rites sont différents du catholicisme… Nous y entrons alors que l’office va être donné. Je n’ai jamais assisté à une messe protestante. Nous décidons de rester quand le pasteur demande à 4 enfants de venir le rejoindre. Castille lève le doigt avant même que nous l’ayons vue et est choisie parmi tous les bambins.
Diane me regarde avec ses grands yeux horrifiés, Irène ne voit pas encore le problème, Bruno matte l’architecture. Ma soeur, mon frère partent dans un fou rire de ouf : « Castille c’est ta croix, hahahaha ».

Le pasteur pose des questions en rapport avec des rituels protestants, Castille semble perdue mais ne se démonte pas : « euh, moi je sais pas parce que c’est pas comme ça à Versailles avec notre Jésus, hein maman ? »
Me voila qui débarque donc, confuse, en remerciant les gens, expliquant que bon on n’est pas protestant, Castille s’est laissée emporter par sa joie. Tout le monde rit, certains applaudissent, nous sourions, Castille me serre la main en me demandant si c’est grave, je la rassure en disant que non, mais j’ai hâte de sortir quand même.

Bruno qui n’a rien suivi me demande ce que je fous en plein milieu de l’office, les filles rigolent, Castille est une sorte d’héroïne, mes soeur et frère rient toujours, ma soeur propose de boire l’apéro pour nous remettre de tout cela. Nous terminons 2017 autour d’un vin chaud et dans un énorme rire. Castille est aux anges…